Ethernet 10 Mbits/s

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ethernet 10 Mbits/s

Message par Witaales le Ven 28 Juil - 23:59

Cette page décrit les technologies Ethernet de 10 Mbits/s.

Les technologies Ethernet 10BASE5, 10BASE2 et 10BASE-T sont considérées comme les versions initiales d'Ethernet. Elles ont en commun quatre caractéristiques, à savoir les paramètres de synchronisation, le format de la trame, les processus de transmission et la règle de conception de base.

La figure présente les paramètres d'Ethernet 10 Mbits/s. Ethernet 10 Mbits/s et les versions plus lentes sont asynchrones. Chaque station de réception utilise huit octets d'informations sur la synchronisation afin de synchroniser son circuit de réception avec les données entrantes. Les technologies 10BASE5, 10BASE2 et 10BASE-T disposent toutes des mêmes paramètres de synchronisation. Exemple : durée d'un bit à 10 Mbits/s = 100 nanosecondes (ns) = 0,1 microseconde = un dix millionième de seconde. Cela signifie que sur un réseau Ethernet de 10 Mbits/s, le transfert d'un bit au niveau de la sous-couche MAC dure 100 ns.

Pour toutes les vitesses de transmission Ethernet de 1 000 Mbits/s ou plus lentes, la transmission ne peut pas dépasser la durée définie. Cette durée est supérieure au temps théoriquement nécessaire pour aller d'une extrémité à l'autre du domaine de collision Ethernet traditionnel le plus important, entrer en collision avec une autre transmission au tout dernier instant et renvoyer les fragments de collision à la station émettrice afin d'être détectés.

Les normes 10BASE5, 10BASE2 et 10BASE-T présentent aussi le même format de trame.

Le processus de transmission de la version Ethernet initiale est identique jusqu'à la partie inférieure de la couche physique OSI. Lorsque la trame passe de la sous-couche MAC à la couche physique, d'autres processus se produisent avant que les bits ne soient déplacés de la couche physique vers le support. Le signal d'erreur de qualité de ligne est un processus important. Il s'agit d'une transmission renvoyée au contrôleur par un émetteur-récepteur pour lui indiquer si les circuits de collision sont opérationnels. Ce signal d'erreur est également appelé « pulsation ». Il est destiné à résoudre le problème qui se produit dans les versions précédentes d'Ethernet lorsqu'un hôte ne sait pas si un émetteur-récepteur est connecté. Ce signal est toujours utilisé en half-duplex. Son utilisation en full duplex est possible, mais pas indispensable. Il est actif dans les cas suivants:

Dans un délai de 4 à 8 microsecondes après une transmission normale pour indiquer que la trame de sortie a été correctement transmise.
En cas de collision sur le support.
en cas de signal incorrect sur le support, tel qu'une erreur de message trop long, ou de réflexion due à un court-circuit.
Lorsqu'une transmission a été interrompue.
Toutes les formes Ethernet de 10 Mbits/s récupèrent les octets provenant de la sous-couche MAC et lancent un processus appelé « codage de ligne ». Le codage de ligne décrit le type de signalement des bits sur le câble. Le codage le plus simple comporte des caractéristiques de synchronisation et des propriétés électriques qui ne sont pas adaptées. Par conséquent, les codes de ligne ont été élaborés avec des propriétés de transmission plus appropriées. Cette forme de codage utilisée dans les systèmes de 10 Mbits/s est appelée «codage Manchester».

Le codage Manchester utilise la transition au milieu de la fenêtre de synchronisation pour déterminer la valeur binaire de cette période de bits. Pour le premier exemple de la figure , la valeur du signal transite vers une valeur inférieure et est alors interprétée en tant que zéro binaire. Pour le deuxième exemple, la valeur du signal transite vers une valeur plus élevée et est interprétée en tant que 1 binaire. Le troisième exemple présente une séquence binaire en alternance. Lorsque les données binaires alternent, il n'est pas nécessaire de revenir au voltage précédent avant la période de bits suivante. Les ondes du graphique indiquent que les valeurs de bits binaires sont déterminées d'après le sens de la modification dans une période de bits. Les niveaux de voltage au début et à la fin d'une période de bits ne sont pas utilisés pour déterminer les valeurs binaires.

Les caractéristiques de l'architecture des technologies Ethernet initiales présentent plusieurs points communs. Les réseaux comportent généralement plusieurs types de médias. La norme permet de garantir l'interopérabilité. La conception générale de l'architecture est plus importante dans les réseaux de médias mixtes. Il est en effet plus facile de dépasser les délais maximums lorsque le réseau devient étendu. La synchronisation est fonction des types de paramètres suivants:

La longueur de câble et le délai de propagation.
Le délai des répéteurs.
Le délai des émetteurs-récepteurs.
La réduction des vides intertrames.
Les délais au sein de la station.
La fenêtre temporelle de la technologie Ethernet de 10 Mbits/s se caractérise par un ensemble pouvant comprendre jusqu'à cinq segments séparés par un maximum de quatre répéteurs. Cette règle est appelée « règle 5-4-3 ». Ces ensembles ne peuvent pas utiliser plus de quatre répéteurs entre deux stations. De même, trois segments maximum peuvent être remplis entre deux stations.

La page suivante présente la technologie 10BASE5.
avatar
Witaales
Je suis le FondaTEAM
Je suis le FondaTEAM

Masculin Nombre de messages : 859
Age : 29
Date d'inscription : 10/03/2006


La Quête Argent: Stat SP
La Quête Or: Stat SP

Voir le profil de l'utilisateur http://cyril.mrim.site.voila.fr/VIPO.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum