Résumé Module 10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Résumé Module 10

Message par Witaales le Dim 13 Aoû - 13:31

Cette page résume les sujets traités dans ce module.

Le protocole IP est dit protocole non orienté connexion parce qu'aucune connexion à un circuit dédié n'est établie entre la source et la destination avant la transmission. Il est considéré comme non fiable car il ne vérifie pas la bonne livraison des données. S’il est nécessaire de vérifier la bonne livraison des données, il faut combiner le protocole IP à un protocole de transport orienté connexion, tel que TCP. S'il n'est pas nécessaire de vérifier l'intégrité des données à la livraison, IP peut être utilisé avec un protocole sans connexion, tel que UDP. Les processus réseau sans connexion sont souvent appelés processus à commutation de paquets, tandis que les processus réseau orientés connexion sont dits processus à commutation de circuits.

Les protocoles ajoutent des informations de contrôle aux données au niveau de chaque couche du modèle OSI tout au long de leur transmission sur le réseau. Ces informations étant ajoutées au début et à la fin des données, on parle d'encapsulation des données. La couche 3 ajoute des informations d'adresse réseau ou logique aux données et la couche 2 des informations d'adresse locale ou physique.

Le routage de la couche 3 et la commutation de la couche 2 permettent d'acheminer et de livrer les données sur le réseau. Au départ, le routeur reçoit une trame de couche 2 avec un paquet de couche 3 encapsulé en son sein. Il doit retirer la trame de couche 2 et examiner le paquet de couche 3. Si ce dernier est destiné à une adresse locale, le routeur doit l'encapsuler dans une nouvelle trame dotée de la bonne adresse MAC locale de destination. Si les données doivent être transmises vers un autre domaine de broadcast, le routeur encapsule le paquet de couche 3 dans une nouvelle trame de couche 2 contenant l'adresse MAC de l'unité d'interconnexion de réseaux suivante. La trame est ainsi transférée sur le réseau de domaine de broadcast en domaine de broadcast jusqu'à sa livraison finale à l'hôte approprié.

Les protocoles routés, comme IP, transportent les données sur un réseau. Les protocoles de routage, quant à eux, permettent aux routeurs de choisir le meilleur chemin pour acheminer les données de la source à leur destination. Ce chemin peut être une route statique, entrée manuellement, ou une route dynamique, connue par le biais des protocoles de routage. Dans le cas du routage dynamique, les routeurs s'échangent des mises à jour de routage afin de gérer leur table. Les algorithmes de routage mettent en œuvre des métriques pour traiter les mises à jour de routage et informer les tables de routage des meilleurs chemins possibles. La convergence décrit la vitesse à laquelle tous les routeurs acquièrent une même vue du réseau après qu'il ait subi une modification.

Les protocoles IGP (Interior Gateway Protocol) sont des protocoles de routage qui acheminent les données au sein de systèmes autonomes, tandis que les protocoles EGP (Exterior Gateway Protocol) acheminent les données entre les différents systèmes autonomes. Les protocoles IGP peuvent être subdivisés en protocoles à vecteur de distance et en protocoles à état de liens. Les routeurs faisant appel aux protocoles à vecteur de distance envoient périodiquement des mises à jour de routage constituées de l'intégralité ou d'une partie de leur table de routage. Les routeurs utilisant les protocoles à état de liens, pour leur part, se servent des mises à jour de routage à état de liens (LSA) pour envoyer des mises à jour uniquement lorsque des modifications surviennent dans la topologie du réseau. Ils peuvent en outre, mais moins fréquemment, envoyer les tables de routage complètes.

Lors de la transmission des paquets sur le réseau, il est nécessaire que les unités puissent distinguer la partie réseau de la partie hôte de l'adresse IP. Un masque d'adresse de 32 bits, appelé masque de sous-réseau, permet d'indiquer les bits d'une adresse IP utilisés pour l'adresse réseau. Le masque de sous-réseau par défaut pour une adresse de classe A est 255.0.0.0. Pour une adresse de classe B, le masque de sous-réseau commence toujours par 255.255.0.0 et celui d'une adresse de classe C par 255.255.255.0. Le masque de sous-réseau peut être utilisé pour diviser un réseau existant en plusieurs « sous-réseaux ».

Le découpage d'un réseau en sous-réseaux permet de réduire la taille des domaines de broadcast, permet aux segments LAN situés dans plusieurs zones géographiques différentes de communiquer par le biais de routeurs et améliore la sécurité en isolant les segments LAN les uns des autres.

Les masques de sous-réseau personnalisés utilisent plus de bits que les masques par défaut en les empruntant à la partie hôte de l'adresse IP. Une adresse en trois parties est ainsi créée:

L'adresse réseau d'origine;
L'adresse de sous-réseau composée des bits empruntés;
L'adresse hôte composée des bits restants après l'emprunt des bits servant à créer les sous-réseaux.
Les routeurs utilisent les masques de sous-réseau pour déterminer la partie sous-réseau d'une adresse d'un paquet entrant. On parle alors d'opération AND logique.
avatar
Witaales
Je suis le FondaTEAM
Je suis le FondaTEAM

Masculin Nombre de messages : 859
Age : 29
Date d'inscription : 10/03/2006


La Quête Argent: Stat SP
La Quête Or: Stat SP

Voir le profil de l'utilisateur http://cyril.mrim.site.voila.fr/VIPO.html

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum